Cloud Computing avantages et inconvénients

Entre pérennité du matériel et risques techniques ...


En cloud computing, on parle aussi de pérennité du matériel. Personne ne veut investir des milliers d’euros en nouvelles acquisitions pour se retrouver avec des équipements obsolètes et dépassés, on préfère dans ce cas la virtualisation. Dans le domaine des jeux, certains gamers invétérés achètent de nouvelles cartes ou processeurs graphiques et augmentent leur RAM, à l’annonce même de la prochaine sortie d’un nouveau jeu.
Mais si un tel jeu pouvait se lancer sur Internet avec une connexion à haut débit, et un puissant serveur de jeu qui se charge des traitements, on n’aurait besoin que d’un simple ordinateur pour l’utiliser en ayant accès à un service de cloud computing. Le serveur traduirait les séquences de jeu en vecteurs et les transmettrait à l’ordinateur client, le joueur pourrait alors utiliser windows, linux ou ubuntu, du moment que son système pourrait gérer les connexions à haut débit et quelques protocoles Internet. Toutefois, le joueur n’aura devant lui qu’une vidéo interactive du jeu, et au niveau graphique il pourrait sentir la différence avec un jeu similaire installé et joué localement.

Une autre situation qui semble idéale, en comparant le prix d’une copie physique avec celui d’un abonnement qui durerait, disons le temps de terminer le jeu et tuer le big-boss, on sortirait gagnant de l’affaire. Mais pour ce qui est des jeux comme World of Warcraft, Call of Duty 4, Starcraft II, ou HALO, où l’expérience multi-joueurs vaut plus que l’histoire du jeu en elle-même, le temps de jeu est presque illimité et l’abonnement est parti pour durer. Soyez sûrs que les développeurs du jeu le savent bien et le factureront en conséquence.

Maintenant, du point de vue professionnel, nous qui sommes déjà assez dépendants du cloud computing, ne serait-ce que pour nos emails, nos données ne seront-elles jamais stockées dans le même serveur de nos concurrents. Un peu paranoïaque comme supposition certes, mais imaginons qu’en plus du service de messagerie, on ait aussi opté pour un autre service en cloud computing, du stockage de fichiers ou une gestion d’emploi du temps. Est-ce que cette centralisation ne souffre pas du risque de vulnérabilité des serveurs. Il suffit de se souvenir d’une récente panne de Google en Europe qui avait été causée par une mise à jour d’un de leurs logiciels. Pas la peine d’imaginer la confusion que ça aurait causée chez les clients d’un service de cloud computing. Ce sont bien sûr des risques très minimes, mais ils doivent être pris en compte.

Mais le risque qui n’est pas si faible que ça dans ce genre de services de cloud computing, est que votre connexion fasse des siennes. Conditions météo, travaux, déménagement, voyage, ce sont toutes des causes probables de l’interruption de votre connexion Internet. Vous voilà donc sans accès à vos propres données, applications ou autres outils/ressources de travail, et vous avez intérêt à remédier rapidement à ce problème, puisque la plupart des hébergeurs s’impatientent pour leur espace de stockage au bout de quelques mois. Vous auriez peut-être dû en garder des copies d’archives après tout.

Avec tous les avantages de la virtualisation qu’on connait, on devrait aussi en mesurer les désavantages et bien les connaitre avant de souscrire à tel ou tel abonnement, surtout si une activité essentielle de l’entreprise en dépend. Beaucoup d’efforts restent à faire en termes de confidentialité, de droits de possession et de fiabilité pour les services du cloud computing.

- Avantages et inconvénients page 1